Comité des Arts de Saint-Benoît de Mirabel

Nos mentions 2019

Gagnante du thème Le temps :

Marie-France Allard

Habitée depuis son enfance par les oeuvres de ses grands-parents artistes peintres, musiciens et du don précieux qu’ils lui ont légué, Marie-France Allard a développé ce bonheur de ne jamais se demander ce qui apparaîtra sur sa prochaine toile, ni les couleurs qu’elle utilisera, ni les formes qu’elle inventera. Elle laisse aux critiques et au public le soin de parler de ses différentes techniques telles que la grisaille, les coulis, les glacis, de son style figuratif qui s’accompagne d’un adjectif affectueux décrivant magistralement son élan créatif : le style figuratif émotionnel.

 

Coup de coeur de la présidente Mylène Roman :

Normand Beauséjour

Dès le plus jeune âge, j’ai eu une attirance marquée pour le dessin, la peinture et l’art en général. À treize ans, cours de peinture et dessin avec un peintre Hollandais, Louis Bockhout, ce qui a confirmé la profondeur de cet intérêt. Mon approche veut faire voir au spectateur la beauté souvent cachée d’un lieu ou d’un objet. Le défi des lumières et des couleurs m’intéresse particulièrement.

 

 

Coup de coeur du public :

Denis Beaudet

Peintre autodidacte, depuis son plus jeune âge il dessine tout ce qui l’entoure. C’est vers l’âge de 20 ans qu’il touche les pinceaux pour la première fois. C’est en 1990 qu’il découvre l’art animalier. Quand l’art raconte l’histoire : Je suis un artiste qui s’inspire de l’histoire de nos ancêtres. Je raconte à travers mes tableaux les efforts qu’on dû déployer ces personnes jour après jour ne serait-ce que pour se déplacer de village en village. Les valeurs de la terre et du travail accompli me sont importantes. Ces fermiers avec qui leurs fidèles compagnons « les chevaux » s’attaquaient à un travail colossal : défricher la terre, la cultiver, la récolter.

 

Mention du public :

Maureen Finnerty

L’intérêt pour l’art m’a toujours habité aussi longtemps que je me souvienne, mais la pratique des arts n’est venue que beaucoup plus tard. La pratique de plusieurs sports et le choix d’une carrière m’ont tenu éloignée. La croisée des chemins est enfin arrivée…

Ce n’est qu’à ma retraite que l’appel est venu pour m’exprimer à travers le dessin. J’ai toujours été fascinée par le dessin des visages, bien que je sois souvent séduite par la beauté des paysages. Autodidacte de nature, j’ai observé des artistes passionnés à l’œuvre depuis peu. J’ai débuté par le fusain et par la suite je me suis intéressée au pastel sec. Je crois avoir trouvé un grand bonheur à cette période de ma vie, car le plaisir de me surpasser est toujours présent et ce, à chaque nouveau dessin.